Murs végétalisés (5/5)

PAGE 5/5
Aller à : 12345

La plantation

Avant de planter, on dispose les plantes sur la table pour se faire une idée du rendu et décider de leur répartition.

Figure 246-1 : On décide de la répartition

Répartition des plantes

Taille des plantes

Dans le cas d’une utilisation de plantes en pot, Il faut sélectionner  des contenants d’un diamètre maximum de 12cm. Plus le pot d’origine sera petit, plus la manipulation de plantation sera aisée. On peut aussi faire prendre des boutures directement dans le tableau pourvu que l’environnement ne soit pas trop sec et que l’on les pulvérise quotidiennement. Il est aussi possible de planter de jeunes plants juste après la germination.

Pour les préparer à la plantation, il faut débarrasser les plantes en pot d’un maximum de terre tout en veillant à ne pas trop endommager leurs racines. On travaille sur des mottes humides.

Figure 246-2 : Asparagus avant l’émottage

Asparagus avant l’émottage

Figure 246-3 : Asparagus émotté

Hydropassion webZine motte sans terre

L’asparagus a des racines solides et rigides, on peut donc enlever la majeure partie du substrat. Pour des plantes aux racines plus fines et fragiles comme des fougères, on ne peut en enlever autant.
Avant de transplanter on enveloppe les racines dans du feutre géotextile pour éviter que la terre ne se disperse dans la laine de roche et pour protéger les racines lors de la mise en place.

Figure 246-5 : On enveloppe les racines dans du feutre géotextile

envellope les racine dans le feutre

On découpe horizontalement à l’aide d’une bonne paire de ciseaux le grillage et le feutre sur une largeur équivalente à celle de la motte et verticalement d’un ou deux crans du grillage.

Figure 246-6 : Découpe du grillage et du feutre

Découpe du grillage et du feutre

Enfin, on insère la motte en prenant bien garde d’endommager le moins possible les racines. On écarte le grillage et le feutre d’une main, et de l’autre on fait glisser la motte  dans la laine de roche.

Figure 246-9 : On insère la motte

Insertion de la motte

On continue ainsi jusqu’à remplir le tableau. Cela étant fait, on peut redresser le tableau.
Lorsque l’on relève le tableau, toute l’eau que la laine de roche ne peut retenir va s’écouler.  Il vaut mieux réaliser cette opération à l’extérieur ou dans un bac à douche.

Figure 246-11 : On relève le tableau

Tableau relevé

Les plantes prennent alors un positionnement proche de celui qu ‘elles vont avoir. On peut alors se rendre compte du rendu final et surtout de quels emplacements sont dégarnis. On peut procéder à des ajustements en ajoutant quelques plantes.

Figure 246-12 et 13 : Ici on a rajouté des rejets de chlorophytum pour finir de garnir le tableau

Ici on a rajouté des rejets de chlorophytum pour finir de garnir le tableau

Ici on a rajouté des rejets de chlorophytum pour finir de garnir le tableau

On suspend à présent le tableau à l’emplacement prévu, on fixe la gouttière avec des liens en plastique crantés et le système d’irrigation. On remplit le réservoir de solution nutritive adéquate et on entame alors le premier cycle d’irrigation. Celui-ci devra durer quatre heures, et à l’issu des deux premières, on contrôle et on réajuste le pH.

  • « Textes et Photos extraits de « Réaliser et entretenir son mur végétal » de Léon-Hugo Bonte

PAGE 5/5
Aller à : 12345

Hydropassion WebZine

Bienvenue à vous passionné(e)s de plantes, de couleurs et senteurs florales !
Nous vous présentons une nouvelle formule d'information, le webzine d'Hydropassion.
Suivez régulièrement les actualités, articles de presse et conseils concernant la culture de plantes condimentaires, aromatiques et médicinales, ainsi que la décoration végétale.
Pour tout savoir sur les différents types de culture avec ou sans terre, sur l'utilisation de nos produits, c'est ici que ça se passe.

Bonne visite sur Hydropassion WebZine !